vendredi 16 janvier 2015

LA CONSTANCE...UNE PREUVE DE SPIRITUALITÉ.



La constance témoigne évidement d'un caractère renouvelé mais aussi et surtout de l'exercice d'une véritable discipline personnelle.

Ne vivons-nous pas dans une époque où la constance fait de plus en plus défaut..?
Pour en juger regardons les antonymes de la constance qui sont: "l'ébranlement, le caprice, la défection, la fragilité, l'infidélité, l'instabilité, l'irrégularité, la légèreté et la trahison."
De toutes évidences, nous ne sommes pas étrangers à ces termes dans notre société et même dans nos églises...!

Alors, si la constance est le fruit de la discipline personnelle, qui est la suite logique et le maintient du caractère renouvelé par le Saint-Esprit, il convient non seulement d'en redonner le sens, mais aussi de s'appliquer personnellement les principes qui la soutienne.

Mais de quoi parlons-nous quand nous parlons de constance au niveau biblique...?

Dans le grec biblique la constance est traduite du mot "hupomone" qui prend aussi le sens de "persévérance, patience et fermeté" attaché à l'idée de "supporter, souffrir et soutenir". 
Toutes ces caractéristiques appartiennent à l'homme qui ne s’écarte pas de sa mission, de son appel et de sa fidélité à la foi et la piété malgré les plus grandes épreuves et douleurs.

Ce n'est sans doute pas un hasard si Paul, dans ses conseils à Timothée, fera suivre le terme de "constance" par ceux de "persécutions" et de "souffrances".

2 Timothée 3:10-11 "Pour toi, tu as suivi de près mon enseignement, ma conduite, mes résolutions, ma foi, ma douceur, ma charité, ma constance, mes persécutions, mes souffrances."

Mais ce n'est pas un hasard, non plus, si ce mot est précédé de l'amour (charité), de la douceur, de la foi, de résolutions, de conduite et de l'enseignement.
Il y a là, matière à la réflexion, dans un cheminement à suivre, partant de l'enseignement pour aller à la souffrances, en passant par la constance.

Dans une période où l'on supporte de moins en moins, où l'idée de souffrir nous fait fuir et où parfois l'on avance plus par caprices que par foi, ou la légèreté et l'infidélité gagnent du terrain dans les coeurs et où l'instabilité témoigne d'une réelle fragilité entraînant à la défection ou à l'abandon; il est impérieux de redonner de la substance à la constance. 
Pour y travailler il faut donc recevoir de bons enseignements d'où découlent des règles de conduite et qui nous poussent à prendre des résolutions fermes dans un terrain de foi et d'amour afin de maintenir et développer la constance dans nos coeurs.

Ne prenons pas le risque de négliger cette qualité essentielle de la vie spirituelle sachant qu'elle contribue à notre salut. 
Luc 21:19 "par votre persévérance "hupomone" (c'est à dire constance) vous sauverez vos âmes."