jeudi 9 octobre 2014

J'ai bien mangé...!




Jean 6.27 "Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le Fils de l’homme vous donnera; car c’est lui que le Père, que Dieu a marqué de son sceau."

Aujourd'hui, on parle beaucoup de mal bouffe et de la nécessité de rééduquer les comportements alimentaires, d'inciter les individus à retrouver le chemin des plaisirs culinaires tout en insistant sur l'intérêt de manger sain et équilibré.

Ainsi, entre l'organisation de la semaine du goût, les émissions de cuisine et les campagnes publicitaires pour encourager la consommation de 5 fruits et légumes pas jour,  il y a de quoi faire.

Mais, vous vous doutez bien que je ne vais pas vous entretenir sur le contenu de vos assiettes. 
Même si je partage l'intérêt commun de devoir vivre en bonne santé en favorisant une bonne alimentation, mon objectif avec ce message, portera essentiellement sur votre nourriture spirituelle.

Permettez-moi pour commencer de vous questionner sur votre alimentation spirituelle.
Mangez-vous à votre faim...?
Pensez-vous manger équilibré...?
Comment choisissez-vous votre nourriture...?
Ou encore quelles sont vos habitudes alimentaires et leurs fréquences...?

Toutes ces questions doivent nous amener à réfléchir sur certaines réalités de notre vie spirituelle.

Quand Jésus nous dit dans Jean 6.27 qu'au lieu de travailler pour une nourriture périssable, nous devons concentrer nos efforts sur celle qui dure jusque dans la vie éternelle, que dit-il exactement...? 
Quel genre d'attitude ou quel choix de vie devrions-nous faire à l'écoute d'une telle déclaration...?

Lorsque nous considérons à notre alimentation et à nos habitudes alimentaires spirituelles, je réalise qu'il y a aujourd'hui beaucoup de progrès à faire...!

En effet, nombre de chrétiens constatent des difficultés dans leurs vies quotidiennes telles que des épuisements, des surmenages, des tensions et en tirent la conclusion que leur hygiène de vie n'est pas bonne et que leur alimentation est soit déficiente, soit mal adaptée. 
D'autres pensent que les circonstances qui les entourent polluent leur vie et ils rêvent d'en changer. 

Sans minimiser les efforts et les améliorations que nous devrions concrétiser dans le domaine alimentaire de nos corps et dans la gestion de notre capital physique, je souhaite particulièrement insister sur notre alimentation spirituelle.         

Dans Matthieu 4.4, Jésus a dit "Il est écrit: L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu."

Cette déclaration de Jésus a pour but de nous amener à prendre en compte nos besoins alimentaires spirituels et elle nous communique la source à laquelle nous devons aller pour trouver cette nourriture de l'âme: "Elle sort directement de la bouche de Dieu"

Combien de chrétiens manquent de force pour affronter leur quotidien et abordent chaque journée sans avoir pris le temps de se nourrir à la bouche de Dieu...?

Ils partent à l'assaut de leur journée en étant à jeun spirituellement. 
Ainsi, ils se privent des forces vitalisantes de l'âme et ils se retrouvent exténués, désemparés, en proie à des réactions charnelles devant puiser leurs forces au cœur de leur caractère personnel, de leurs stratégies de défense et de leur énergie humaine et épuisable. 
Ils puisent dans l'émotionnel ce qu'ils devraient avoir grâce au spirituel...!
Et à force de puiser, ils s'épuisent...!

Les prétextes utilisés pour excuser ce genre d'abstinence sont classiques et tellement faciles: Je manque de temps, je suis déjà fatigué alors s'il me fallait me lever plus tôt ou me coucher plus tard....!
Sincèrement, de telles excuses ne sont pas réellement fondées!

La réalité témoigne plutôt d'un manque d'amour pour Dieu, d'un orgueil démesuré qui nous laisse croire que nous pouvons nous passer de Dieu et que nous pouvons aborder nos journées et nos semaines sans faire l'effort de venir nous alimenter à sa bouche.

En plus, c'est étrange de voir combien de temps est consacré à des activités inutiles ou utiles à peu de choses. Je n'ai pas le temps de prier mais j'en ai toujours assez pour le sport,...etc...! 

1 Timothée 4.8 "L’exercice physique a son utilité, certes, mais elle est limitée. S’attacher à Dieu, par contre, s’entraîner à vivre sa foi, voilà qui est essentiel: cela te sera utile à tout et en toutes circonstances. En effet, l’attachement à Dieu détient à la fois les promesses pour la vie présente et celles pour la vie future."

De plus les carences spirituelles et les carences alimentaires agissent de la même façon. 
C'est-à-dire que ce n'est pas en sautant forcement un repas que vous vous en rendrez compte de votre manque...! Seulement, peu à peu, vous perdrez vos forces, votre humeur va être altérée, la confusion va gagner votre esprit et des sensations de troubles et de vertiges vont se manifester.          

Combien de chrétiens sont victimes de ce genre de malaise spirituel...?

D'autres ne sont pas totalement à jeun mais ils prennent chaque jour un petit message vitaminé pour la journée. Ainsi, ils se content d'une gélule énergisante, d'un extrait de synthèse d'une méditation pastorale dispensée sur internet ou dans des livres de méditations quotidiennes avec chaque jour une demi-page à lire.
En agissant ainsi, on fait l'économie de devoir venir à la bouche de Dieu et on se donne bonne conscience en ayant quand même satisfait à une certaine forme de spiritualité.      

Ces croyants sont facilement reconnaissables par leurs déséquilibres et leur standardisation.
Standardisation car ce qui est étrange, comme pour l'horoscope, c'est que Dieu parle à tous le monde le même jour avec les mêmes paroles. 

Où se trouve l'individualité, le personnel, l'adapté à votre vie..?

Si Dieu peut parler à tous le monde d'une manière globale et générale, pensez-vous qu'il puisse avoir aussi une parole particulière ne concernant que vous à vous communiquer...?

Se privant de la bouche de Dieu, ils s'alimentent uniquement à la bouche de l'homme et finissent par tous parler le même langage, avoir la même mentalité et finissent par se satisfaire les uns les autres étant heureux d'appartenir à la caste des hyper-vitaminés pleins d'une énergie qui n'a de spirituelle que le nom...!    

Ils vivent dans la vision, la réalité et la spiritualité des autres.
Ils ne reçoivent jamais eux-mêmes apprenant toujours sans jamais arriver à la connaissance de la vérité. 2 Timothée 3.7 

Votre vie spirituelle réclame que vous vous en occupiez, que vous la preniez en compte et que vous gériez les besoins.
Jésus a dit "travaillez", non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste. 

Pour obtenir la nourriture, il nous faut donc travailler (en grec: acquérir par le travail), c’est-à-dire, qu'il faut se rendre apte à la recevoir ce que Dieu a pour nous en nous consacrant, en renonçant et en fournissant des efforts sérieux de la volonté pour contraindre notre chair qui s'opposera toujours à cette pratique. 
Nous devons lutter contre les erreurs et les préjugés de l’homme naturel, pour venir à celui qui seul donne la vie. 


Il y a aussi les croyants qui sont au régime.
En matière de nourriture spirituelle, eux contrôlent tout et choisissent uniquement ce qui les intéresse. 
Ils sont attirés par les contenus extra-light, les pensées édulcorées, les plats sans matières grasses. Ils évitent donc les passages qui les remettent en question ou sortent rapidement de la présence de Dieu quand ils sentent qu'il commence à leur envoyer du lourd!

D'autres ne sont intéressés que par une seule thématique.
On a aujourd'hui des chrétiens alimentés et spécialisés au leadership spirituel, d'autres à la louange, d'autres à la question d'Israël, d'autre à la fin des temps, d'autres à la relation d'aide....


Choisissez votre menu la maison s'adaptera à vos goûts...!

Qui a la légitimité de dire et de savoir ce qu'il nous convient de manger chaque jour...? 
Seul le Père connait vos besoins et peut vous garantir une alimentation équilibrée et en correspondance à vos besoins.

Savez-vous ce que Dieu veut vous servir chaque jour...? 
David disait au Psaumes 63.6 "Mon âme sera rassasiée comme de mets gras et succulents, et, avec des cris de joie sur les lèvres, ma bouche te célébrera."   

Nous sommes bien loin du petit en-cas consommé par une généralité de chrétiens.

Il y a aussi les chrétiens qui marchent à trois repas la semaine, d'autres à deux et même certains ne carburent plus qu'à un repas...! Ils battent les records de faible consommation...! 
Présents à l'église lors des réunions, ils se délectent d'un repas frugale quand le pasteur a bien préparé son plat, mais vite ils sont victimes d'indigestion, de lourdeurs et même parfois d'endormissements. 

Comment en effet, supporter un sermon alors que toute la semaine je ne me nourris que d'une feuille de salade!

Beaucoup de chrétiens se retrouvent à l'église comme nous le sommes dans les grands repas lors des cérémonies. 
Peu habitués à manger autant, aussi richement et pendant autant de temps que nous finissons pas souhaiter que cela ne se reproduise pas tous les week-end....!    

Depuis combien de temps n'es-tu pas venu à la bouche de Dieu...?
Depuis combien temps manges-tu au fast-food...ou ingères-tu tes gélules spirituelles...? 

Cette nourriture qui fait défaut à ton âme, qui met en souffrance ton couple et ta famille, cette manne qui te manque lorsque tu témoignes et qui te comble intérieurement tout en apaisant ton cœur c'est le Fils de l’homme qui te la donnera. 
Il est la bouche de Dieu qui veut te parler, il est celui qui t'ouvre le garde-manger du céleste, qui répand dans ta vie la substance divine en faisant descendre le pain du ciel. 

Bien sûr le Sauveur n’interdit pas de travailler pour la nourriture terrestre, mais il ne veut pas que cette nourriture et les biens d'en bas deviennent le but essentiel de ta vie. 
Il veut nous dire de ne pas manifester une trop grande anxiété pour la nourriture du corps, pour la nourriture qui périt avec le temps, mais de rechercher plutôt "celle qui subsiste pour la vie éternelle". La nourriture de l’âme; le Pain de Vie.

Jésus dira à ses disciples dans Jean 4.32 "J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas."

Et toi, connais-tu réellement cette nourriture...?
Celui qui en a mangé, qui l'a goûté,  ne peut que retourner en chercher!

Jésus poursuivra dans Jean 4.34 "Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé, et d’accomplir son œuvre."

Et toi, quelle est ta nourriture..?
Avec quoi ou de quoi remplis-tu ton âme...?

La bouche de Dieu parle encore aujourd'hui, elle distribue un repas à celui qui a faim de Dieu et qui sait que sans lui il ne peut rien faire! 
Réalisons qu'il faut manger l'aliment spirituel pour vivre spirituellement...!

Cesse, comme le fils prodigue, de reluquer sur les carouges que mangent les pourceaux et rappelle-toi qu'à la table du Père il y a du pain en abondance. Luc 15.16

Pour terminer je citerai ce passage du prophète Aggée qui caractérise une période tellement en ressemblance avec la notre....!

Aggée 1.6 "Vous semez beaucoup, et vous recueillez peu, vous mangez, et vous n’êtes pas rassasiés, vous buvez, et vous n’êtes pas désaltérés, vous êtes vêtus, et vous n’avez pas chaud; le salaire de celui qui est à gages tombe dans un sac percé."



Quelle en fut la raison...? Elle est simple...!                                   

A cette époque, l’égoïsme de la nation et son indifférence pour le service de Dieu était tel qu'ils souffrirent une détresse touchant le pays tout entier: les récoltes furent insuffisantes et le peuple souffrit de toutes les privations.
Aggée 1.9 "Vous comptiez sur beaucoup, et voici, vous avez eu peu; vous l’avez rentré chez vous, mais j’ai soufflé dessus. Pourquoi? dit l’Eternel des armées. A cause de ma maison, qui est détruite, tandis que vous vous empressez chacun pour sa maison."

Que fallait-il faire...?
La colère de Dieu était-elle incontournable...?

Dieu parla par son prophète en ces mots:
Aggée 1.7-8 "Ainsi parle l’Eternel des armées: Considérez attentivement vos voies! Montez sur la montagne, apportez du bois, et bâtissez la maison: J’en aurai de la joie, et je serai glorifié, dit l’Eternel."

Considérons nos voies, montons à la montagne de Dieu en pénétrant dans le sanctuaire divin, apportons le bois du sacrifice, de la croix et édifions nos vies comme un temple saint.
Voilà en quoi consiste venir à la bouche de Dieu pour prendre sa nourriture.

Et Dieu dit: "J’en aurai de la joie, et je serai glorifié"