mercredi 13 février 2013

Impulsion ou propulsion?



2 Pierre 1/19 à 21: "Et nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu'à ce que le jour vienne à paraître et que l’étoile du matin se lève dans vos cœurs; sachant tout d’abord vous-mêmes qu'aucune prophétie de l’Ecriture ne peut être un objet d’interprétation particulière, car ce n’est pas par une volonté d’homme qu'une prophétie a jamais été apportée, mais c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu."

1. Introduction:
Si l'apôtre Pierre atteste que les paroles prophétiques contenues dans la bible sont véritables, incontestables et dignes de notre attention, c'est parce qu'elles ne sont pas issues de la volonté d'un homme mais d'une inspiration divine. Il témoigne et certifie que, c'est poussés par le saint Esprit, que des hommes ont parlé de la part de Dieu.
1 Timothée 4/9: "C’est là une parole certaine et entièrement digne d’être reçue."

Tout ce qui est inspiré par le Saint Esprit et poussé par Dieu est juste, sûr et digne d'être reçu.
Quand c'est Dieu qui nous pousse nous n'avons rien à craindre.
Quand c'est son Saint Esprit qui nous propulse en avant, comme le vent qui soufflerait dans les voiles d'un navire, nous n'avons pas à nous méfier, à nous inquiéter ou à freiner ses actions.

Mais est-ce toujours poussés par le Saint Esprit que nous parlons ou agissons? 
Par conséquence, tout ce que nous disons ou faisons est-il digne d'être reçu?

Il y a parmi nous des personnes plus actives et dynamiques les unes que les autres.
Il y a des gens et même des chrétiens, tout comme l'apôtre Pierre qui ont des tempéraments plus impulsifs et spontanés que d'autres.
Et même les personnes les plus réservées et les plus réfléchies peuvent à certaines occasions avoir des comportements emportés et inconsidérées.

J'aimerais vous poser cette question: Etes-vous impulsif?


2. Qu'est-ce qu'un impulsif...?
Un impulsif c'est quelqu'un qui ne maîtrise pas son émotivité et qui s'emporte facilement aussi bien en paroles qu'en actions.
L'apôtre Pierre alors qu'il était disciple de Jésus, est un exemple caractéristique de ce genre de personnalité.
La personne impulsive ne calcule pas tous les éléments d’une problématique, mais répond par le biais de ses premières impulsions; elle manque cruellement de contrôle d'elle-même.

Nous pouvons voir cette réaction dans la vie de Pierre à plusieurs reprises:
Par exemple, lorsque Jésus marche sur les eaux, à la rencontre de ses disciples:
Matthieu 14/28: "Pierre lui répondit: Seigneur, si c’est toi, ordonne que j’aille vers toi sur les eaux.  Et il dit: Viens! Pierre sortit de la barque, et marcha sur les eaux, pour aller vers Jésus. Mais, voyant que le vent était fort, il eut peur; et, comme il commençait à enfoncer, il s’écria: Seigneur, sauve-moi!"

Sous le coup de l'émotion (peur, surprise et joie mêlées) Pierre ne réfléchit pas une seconde, mais il s'élance hors de la barque et s'avance vers Jésus sur les eaux déchaînées.
Il agit spontanément, sans réfléchir aux conséquences de ses actes, et refuse dans tous les cas de rester inactif. Il préfère faire des erreurs que de ne rien faire.

Nos impulsions peuvent être positives lorsqu'elles correspondent à une volonté de Dieu, comme lorsque Pierre répondit à l'invitation de Jésus à marcher sur les eaux; mais elles peuvent aussi rapidement être négatives car nous voyons par la suite que Pierre eut aussitôt peur et sombra.

L'impulsif est difficile à suivre puisqu'il agit sous des impulsions émotionnelles qui peuvent être très changeantes au cours d'une journée.

Si on est propulsé par le Saint Esprit, notre action perdure et porte du fruit mais si on agit sous le coup d'une émotion, notre action est comme un feu de paille qui s'enflamme et s'éteint aussitôt.
Nous ne devons jamais réagir, même à une parole de Dieu, sous le coup de l'émotion, mais seulement par obéissance, en nous appuyant sur cette parole par la foi.

Ainsi, l'impulsif comme Pierre perd souvent des occasions de se taire:
Matthieu 16/21: "Jésus commença à faire connaître à ses disciples qu’il fallait qu’il aille à Jérusalem, qu’il souffre beaucoup de la part des anciens, des principaux sacrificateurs et des scribes, qu’il soit mis à mort, et qu’il ressuscite le troisième jour. Pierre, l’ayant pris à part, se mit à le reprendre, et dit: A Dieu ne plaise, Seigneur! Cela ne t’arrivera pas. Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre: Arrière de moi, Satan! Tu m’es en scandale; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes."

L'impulsif se précipite souvent pour répondre aux questions sans attendre qu'on ait terminé de les poser, il interrompt souvent les autres ou impose sa présence en parlant trop, sans tenir compte des conventions sociales et des impératifs divins.

N'est-ce pas aussi votre cas? 
Vous arrive-t-il trop souvent de regretter les paroles que vous avez dites dans la précipitation et l'émotion?
Pourtant la parole de Dieu nous dit au Proverbe 10/19: "Celui qui parle beaucoup ne manque pas de pécher, Mais celui qui retient ses lèvres est un homme prudent."

A cause de ses manques de contrôle, il arrive même que l'impulsif se montre brutal et violent.
Il se met facilement en colère, monte en pression, cherche la bataille, claque les portes, brise des objets… Bref, son comportement explosif peut atteindre des proportions catastrophiques  s'il n'est pas maîtrisé par l'Esprit de Dieu.

C'est ce qui arriva à Pierre lors de l'arrestation de Jésus:
Jean 18/10: "Simon Pierre, qui avait une épée, la tira, frappa le serviteur du souverain sacrificateur, et lui coupa l’oreille droite."

Là encore le livre des proverbes, le livre de la sagesse pourrait-on dire, est d'un bon conseil pour les impulsifs.
Car nous pouvons y lire: Proverbes 14/29: "Celui qui est lent à la colère a une grande intelligence, mais celui qui est prompt à s’emporter proclame sa folie."

Si vous êtes impulsif, vous aurez certainement envie de vous justifier ou de mettre aussi sur le devant le côté positif de votre personnalité.

Peut être expliquerez vous que votre tempérament est un bagage héréditaire, dû à votre éducation ou à un milieu relationnel perturbé? 
Peut être vivez vous avec une blessure d'enfance qui n'a jamais été guérie? 
Ou alors, vous avez développé cette personnalité afin de vous affirmer, pour vivre des sensations fortes ou à cause du stress de votre vie trépidante …?

On peut toujours trouver des causes aux mauvaises habitudes que l'on a prises et qui ont formé peu à peu notre personnalité.
Mais ces prétextes ne changeront rien au présent et aux difficultés que vous rencontrez à cause de votre impulsivité.
Face aux écritures inspirées par Dieu, pouvons-nous encore chercher à nous disculper?

L'apôtre Paul a écrit:
2 Corinthiens 5/17: "Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle création. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles."

Bien sûr, vous avez raison en disant qu'il y aussi des côtés positifs à votre tempérament et Dieu tient compte de cela. Il ne veut certainement pas vous transformer au point que vous deveniez complètement flegmatique, mais il veut vous changer afin de canaliser vos émotions et que vous sachiez les gérer.
Ce n'est plus à vous d'impulser votre vie à "grands coups d'émotions" mais vous devez  être propulsé par le Saint Esprit, conduit et maîtrisé par lui, quelque soit votre tempérament.

Le saint Esprit ne fera pas de vous un spectateur inactif et sans volonté, mais il se servira de votre caractère maîtrisé pour bénir votre vie et celle de ceux qui vous entourent.
C'est comme un cheval sauvage qui a besoin d'être dompté. En étant dressé, un étalon ne perd pas de sa force, ni de sa résistance, il est toujours aussi solide et dynamique mais tout ce qu'il possède est canalisé pour être utile et efficace.

Si vous êtes passionné, charismatique, expressif, enthousiaste et entreprenant, Dieu s'en servira, comme il l'a fait pour Pierre qui devint un leader fervent, audacieux et efficace dans le service auquel Dieu l'appela.


3. Comment passer de l'impulsion à la propulsion?
Comment changer si positivement et efficacement? 
Comment maîtriser notre chair et nos émotions si vivaces?

Il faut capituler.
Il faut mourir à soi même.

Romains 6/4: " Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie."

 Qu'est-ce que veut dire "capituler" pour vous ? 
Littéralement, capituler veut dire  "donner quelque chose"  à une autre personne.
Cela veut dire également renoncer à quelque chose qui vous a été donné.
Ceci  inclut votre héritage parental et éducatif, votre tempérament, vos ambitions, bref votre vie.
1 Corinthiens 13/11: "Lorsque j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; lorsque je suis devenu homme, j’ai mis de côté ce qui était de l’enfant."

Les chrétiens aujourd'hui entendent beaucoup parler de la vie livrée.
Mais qu'est-ce que cela veut dire pour eux, pour vous? 

Une vie livrée est l’acte de rendre à Jésus, notre vie.
C’est lui donner le contrôle, les droits, la puissance, la direction, toutes les choses que vous dites et faites. C’est vous remettre totalement dans ses bras, afin qu’il fasse ce qui lui plait.
Jésus lui-même a vécu une vie livrée :
Jean 6/38: "Je suis descendu du ciel, non pas pour faire ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. " 

Jésus Christ n’a jamais fait les choses de lui-même. Il n’a jamais parlé ni agi sans que son père le veuille.
Jean 8/28-29: "Jésus leur dit donc: Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous connaîtrez ce que je suis, et que je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m’a enseigné. Celui qui m’a envoyé est avec moi; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable."

La soumission totale de Jésus envers son Père est un exemple de la manière dont nous devrions tous vivre.
Vous allez peut-être dire que c'était plus facile à Jésus qu'à nous. Mais la vie livrée n’est imposée à personne, même pas à Jésus. Christ a parlé en tant qu'homme naturel. Après tout, il est venu sur la terre pour vivre non pas en tant que Dieu mais comme un être humain. Il a expérimenté la vie de la même façon que nous. Et, comme nous, il a eu sa propre volonté, mais il a choisi de soumettre complètement sa volonté à celle de son Père:
Jean 10/17-18: "Le Père m’aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre. Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi-même; j’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre: tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père."

Jésus nous disait à travers ces paroles: Cet acte de soumission volontaire est totalement en mon pouvoir. Je choisis de livrer ma vie. Et je ne le fais pas parce que quelqu'un m’a dit de le faire. Personne ne prend ma vie. Mon Père m’a donné le droit et le privilège de livrer ma vie. Il m’a aussi donné le choix d’éviter de boire la coupe et d’aller à la croix. Mais j’ai choisi de le faire, dans un amour parfait, en lui étant pleinement soumis.

Notre père céleste nous a donné à chacun le même droit : le privilège de choisir une vie totalement livrée. Personne n’est forcé de se livrer à Dieu.
L’apôtre Paul savait aussi cela. Et il a choisi de suivre l’exemple de Jésus à savoir une vie complètement livrée.
Paul avait été un opposant de Jésus, un propre juste qui avait persécuté les chrétiens. Il disait littéralement qu’il respirait de la haine envers les chrétiens. Il était également un homme de volonté et de grande ambition. Paul avait une éducation supérieure, ayant été éduqué par les meilleurs professeurs de son époque. Et il était un pharisien, des plus zélés de tous les responsables juifs religieux.
Depuis le début, Paul était sur la voix du succès. Il avait une mission claire dictée par ses supérieurs et sa vie entière était dessinée, sachant exactement où il allait.
Cependant le Seigneur se servit de cet homme audacieux et impulsif et il fit de lui un merveilleux exemple d’une vie livrée et soumise.
Paul devint un homme livré, abandonné à la volonté de Dieu, qui savait parfaitement marcher et vivre en étant conduit et maîtrisé par le saint Esprit.

Le chemin de la propulsion du Saint Esprit commence avec un sentiment d’incapacité totale.
Dieu commence le processus en nous faisant tomber de notre grand cheval.
C'est ce qui est arrivé réellement à Paul. Il marchait sur un chemin d’assurance, se rendant à Damas, lorsqu'une lumière éclatante vint du ciel et qu'il fut précipité à terre, de son cheval.
La révélation de Dieu sur ce chemin, lui donna à réaliser qu'il avait complètement manqué le but ultime de sa vie. Il prit conscience que ses années d'études, sa religion et toutes ses œuvres ne l'avaient pas amené sur la bonne route.
L’écriture dit que tremblant et saisit d’effroi, il dit " Seigneur, que veux-tu que je fasse ?" (Actes 9/6).

 La conversion de Paul fut un travail extraordinaire du Saint-Esprit, qui transforma un pharisien éduqué en humble serviteur aveugle qui devait être conduit par d'autres dans la ville. Toute sa vie paraissait perdue et elle l'était réellement puisqu'il ne fut plus jamais le même à partir de cet instant.

Saul de Tarse perdit sa vie et Paul la retrouva!
Saul de Tarse mourut et c'est alors que Paul naquit!

A partir de ce jour fatidique, Paul fut conduit par le Saint-Esprit dans une vie de soumission.
Lorsqu'il demanda: "Seigneur que veux-tu que je fasse ?" son cœur criait, "Jésus, comment puis-je te servir ? Comment puis-je savoir que je te plais. Plus rien n’a d’importance. Tout ce que j’ai fait dans ma chair n’a plus d’importance. Tu es tout pour moi maintenant."

Paul passa les trois jours qui suivirent dans le jeune et la prière.
Cependant pas un mot ne vint du ciel. Il avait enseigné les autres mais pas un seul de ses enseignements ne pouvait lui rendre service maintenant.
Comme Paul, nous avons besoin de ressentir l'inutilité de notre vie naturelle et charnelle.
Peut être devrez-vous passer par un temps d'aveuglement pour comprendre votre incapacité à marcher par la vue comme vous l'avez toujours fait, guidé par vos émotions et par tout ce qui se passait sous vos yeux!


Le chemin de la propulsion par le Saint Esprit passe aussi par beaucoup de souffrances.
La souffrance dans la vie de Paul ne sera pas l’expérience de tous ceux qui cherchent à soumettre leur vie à Dieu. Mais d’une façon ou d’une autre chaque croyant va devoir faire face à la souffrance. Il y a un but derrière cela car la souffrance est un domaine de la vie dans lequel nous n’avons aucun contrôle. C’est une école où nous apprenons à soumettre nos vies à la volonté de Dieu.

La propulsion par le Saint Esprit conduit à une ambition unique: Gagner Christ, ce qui amène la satisfaction dans chaque situation.
De nombreux chrétiens vivent dans une insatisfaction permanente. Ils ne sont jamais reconnaissants pour ce qu'ils possèdent.
La satisfaction de Paul au travers de toutes les situations était le résultat d’une vie livrée, soumise à l'Esprit de Dieu.
2 Corinthiens 12/10: "C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort." 

Paul avait trouvé la véritable force! 
Ce n'était pas celle de son tempérament fort et impulsif, audacieux, courageux, charismatique ou même éloquent, non sa force était en Christ.
Il l'a appris toute sa vie à travers toutes les souffrances et les peines qu'il a traversées.
Il ne pouvait compter sur ses propres capacités pour servir Christ et son royaume.
En rencontrant Christ, il avait enseveli Saul pour renaître à une nouvelle vie pleine de satisfactions, il était entré dans une autre dimension: celle d'une vie de communion et d'intimité avec Christ qui le propulsait jour après jour vers le but ultime: achever sa course en vainqueur et entrer dans le royaume céleste.

2 Timothée 4/7: "J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. Désormais, la couronne de justice m’est réservée; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement."


4. Conclusion
Par quel mode de déplacement allez-vous choisir de marcher: l'impulsion ou la propulsion?

 Vous l'avez bien compris l'impulsion ne vous mènera pas bien loin et vous attirera toutes sortes de problèmes relationnels.
Toutes fois, si vous avez toujours avancé de cette façon, il vous est sûrement difficile d'imaginer une autre façon d'appréhender la vie. Ce message vous a indiqué comment Pierre ou Paul sont passés d'une vie impulsive à une vie propulsée par le saint Esprit.

Voulez-vous les imiter et changer de vie? 
De tempérament?

Alors, acceptez de mourir à votre ancienne vie et de naître de nouveau pour connaître la joie d'un caractère transformé et d'une vie conduite par Dieu.

Jean 3/5: "Jésus répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu."