mercredi 31 octobre 2012

Avec quoi vous débattez-vous en ce moment?

Ecclésiaste 8/8 (version Semeur): "Personne n’est maître de son souffle de vie, personne ne peut le retenir, personne n’a de pouvoir sur le jour de sa mort: il n’y a pas de trêve dans la lutte pour survivre et ce n’est pas la méchanceté qui sauvera celui qui s’y livre."




Colossiens 1/29 (version Parole vivante): "Voilà pourquoi, tel un lutteur, je tends tout mon être et je travaille avec acharnement en me confiant dans les forces que me donne celui qui agit puissamment en moi."

1- Introduction:
Avec quoi vous débattez-vous en ce moment?
Quelles sont les difficultés que vous rencontrez actuellement?
Serait-ce des difficultés matérielles, spirituelles, sentimentales, affectives, familiales, professionnelle, financières ou relationnelles?
La vie ressemble parfois à des sables mouvants où on a l'impression que plus on se débat et plus on s'enfonce! 

Mais savez-vous qu'on ne peut pas être englouti totalement par des sables mouvants?
Cela est physiquement impossible! 

Alors on s’embourbe et on s’englue, mais on ne coule pas tel que vous avez peut-être pu le voir dans certains films hollywoodiens! 

Ainsi, fort de cette pensée, vous pouvez réaliser que votre situation est certainement problématique, peut-être même désespérée, mais elle n'est pas si catastrophique et irréversible que vous pouvez le penser!

N'abandonnez-pas le combat et apprenez à discerner dans toutes vos difficultés la finalité de ce que tout cela va produire de positif dans votre vie. Le chemin du progrès passe parfois par la vallée de l'échec, de la souffrance, de l'incompréhension, et de la frustration, mais il se terminera certainement sur la montagne de l'accomplissement et de l'épanouissement.

Comme le dit si bien l'auteur de l’épître aux Hébreux au chapitre 11 et au verset 13, nous sommes des voyageurs sur la terre. 
Notre vie peut facilement se résumer à un voyage qui nous permet de faire de belles découvertes mais qui parfois nous conduit aussi à parcourir des territoires hostiles que nous devons apprendre à traverser.

En observant la réalité qui nous entoure cela nous conduit à dire qu'une vie sans lutte ne peut produire un être humain viable et équilibré dans tous le sens du terme…!  

Semblable à une chenille qui doit lutter pour parvenir à sortir de son cocon et alors apparaître en un magnifique papillon, de la même façon nos luttes quotidiennes doivent nous amener à vivre une transformation intérieure qui nous destine à une élévation future.  

Mais si vous intervenez physiquement pour aider un papillon à sortir de son cocon, vous briserez ainsi le processus de transformation  anéantissant le pronostic vital de l'insecte. 

Votre bonne intention qui consistait au départ à aider cet insecte fragile et en difficulté stoppera la transmission du liquide de son corps à ses ailes de manière à ce qu'il  puisse voler. 

En agissant ainsi vous signerez son arrêt de mort! 

Le combat pour sortir du cocon était le moule à travers lequel la vie le faisait passer pour grandir et se développer. 

Quel est le cocon dans lequel vous vous débattez actuellement? 

L'auteur du livre de l'Ecclésiaste nous confirme quelque chose que nous réalisons fort bien à travers le quotidien de nos vies: "Il n'y a pas de trêve dans la lutte pour survivre".

C'est en comprenant la raison de nos luttes que nous pouvons vivre une vie saine, sans révolte et agressivité qui sont parmi les caractéristiques de l'homme sage. 
La sagesse selon Dieu n'est-elle pas la faculté de voir la fin d'une chose avant son commencement? Si nous possédons cette sagesse, nous donnerons à nos luttes une autre dimension que celle de l'inutilité et du sentiment d'être abandonné.

Dans la Bible nous trouvons nombres de personnes en lutte qui se débattent pour sortir des circonstances difficiles dans lesquelles elles se trouvent.     

2- Un homme appelé "lutteur".
Le livre de la Genèse nous relate entre autre l'histoire de Jacob, de cet homme qui avait une nature charnelle qui le poussait inlassablement dans des actions de tromperies, de mensonges, de dissimulations et de manipulations.

Comment échapper alors à cette nature déchue, à ce caractère forgé dans le péché qui réclame le pouvoir, la meilleure position, avide de considérations et de satisfactions et cela peu importe le prix?

La question qui avait une emprise sur son cœur au point de le pousser dans de basses actions fut: 
Comment m'emparer de la bénédiction de mon frère?  

Cela déclencha une stratégie sordide qui se termina par une fuite pour échapper à la vengeance d'Esaü, un frère floué.
Le plan de Dieu pour Jacob s'étala sur plus de vingt années avant qu'il puisse sortir du cocon de son oncle LABAN chez lequel il avait trouvé refuge.
Mais, le temps de sortir de cette protection arrivait à sa fin et Jacob allait devoir lutter pour que cette nature charnelle se transforme en quelque chose de spirituel.

Au gué de Jabbok qui signifie " celui qui se vide", Jacob allait être vidé de lui-même et rempli de cette nature spirituelle qui se déverse dans la vie de ceux qui viennent au contact de Dieu pour recevoir cette grande bénédiction qui entraîne ce véritable changement de nature faisant d'un homme charnel, un homme spirituel.

Genèse 32/26-28: "Et Jacob répondit: Je ne te laisserai point aller, que tu ne m’aies béni. Il lui dit: Quel est ton nom? Et il répondit: Jacob. Il dit encore: ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël; car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur."                

La vie doit faire de nous des Israël, des lutteurs, si nous sommes capables de nous tenir devant Dieu avec le désir d'en découdre avec cette nature charnelle qui nous entraîne dans tellement de souffrances inutiles. 

Le prix d'une telle rencontre fut double:
Genèse 32/30&31: "Jacob appela ce lieu du nom de Peniel; car, dit-il, j’ai vu Dieu face à face, et mon âme a été sauvée. Le soleil se levait, lorsqu’il passa Peniel. Jacob boitait de la hanche."

D'un coté Jacob devenu Israël put déclarer: "mon âme a été sauvé", mais d'une autre coté, il boitait de la hanche. 
Car au moment où la résistance morale de Jacob fut brisée par une manifestation irrésistible de la sainteté de Dieu qui termina d'anéantir en lui tout espoir de défendre sa cause, il ne lui resta plus qu'à se jeter entre les bras de celui avec lequel il venait lutter. 

C’est le moment dont parle le prophète Osée quand il rappela cette lutte mystérieuse où il dit du patriarche Jacob: 
Osée 12/5: "Il lutta avec l’ange, et il fut vainqueur, il pleura, et lui adressa des supplications."

Seule la reddition de la chair et des ses attentes ou revendications permet à Dieu d'exercer sa grâce dans nos vies. C'est ainsi que l'âme est sauvée mais c'est aussi le moyen de porter un coup fatale à la chair dont la hanche de Jacob restera un symbole fort pour tous les croyants! 
Mais n'oublions jamais que c'est sur la croix du calvaire que Dieu a résolu définitivement la question du péché et de la chair.


3- Une lutte de tous les jours. 
Cependant la vie chrétienne ne s'arrête pas là! N'oublions pas qu'il n’y a pas de trêve dans la lutte pour survivre. Ainsi même les chrétiens nés de nouveau qui ont réglé la question du péché dans leur vie en acceptant le Seigneur Jésus-Christ comme leur sauveur personnel continuent à lutter quotidiennement.

C'est de cette lutte dont Paul fait allusion dans 2 Corinthiens 7/5 où il dit: "Car, depuis notre arrivée en Macédoine, notre chair n’eut aucun repos; nous étions affligés de toute manière: luttes au-dehors, craintes au-dedans."

Le combat de la foi n'est pas de tout repos!

Avez-vous déjà vous aussi traversé des moments où vous pouviez dire: j'ai des luttes au-dehors et des craintes au-dedans?

Cette position n'est pas des plus agréables n'est-ce pas?

Les luttes extérieures sont pénibles car devoir affronter les autres pour s'expliquer sur certaines situations, pour défendre la vérité de l'évangile ou pour parvenir à déjouer les pièges de l'adversaire tout en essayant de maintenir sa barque à flots n'est pas évident.

Mais en plus à tous cela viennent s'ajouter les luttes intérieures que nous connaissons mieux sous le nom de soucis, d'inquiétudes, de craintes et de toutes sortes de peurs. 
Dans 2 Corinthiens 10/3 (version Parole Vivante), l'apôtre Paul ajoutera: "Sans doute, nous sommes sur la terre, nos vies ressemblent à celles de tous les hommes, mais nous ne luttons pas à la manière du monde et notre combat est différent du leur."

Je n'échangerai pas mon combat actuel contre celui de n'importe quelle personne dans ce monde! Car même s'il m'arrive parfois de mener des luttes intenses, je sais en qui je crois et pourquoi je crois en lui!

2 Timothée 1/12: "Et c’est à cause de cela que je souffre ces choses; mais je n’en ai point honte, car je sais en qui j'ai cru, et je suis persuadé qu'il a la puissance de garder mon dépôt jusqu'à ce jour-là."

4- Des luttes inutiles et à éviter.

Mais toutes les luttes ne sont pas bonnes à mener!

Beaucoup se trompent de combats et luttent contre Dieu ou contre certaines choses qu'il a établies. 
Actes 5/39: "Ne prenez pas le risque de lutter contre Dieu."
Romains 13/2: "C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité lutte contre une disposition établie par Dieu, et ceux qui sont engagés dans une telle lutte recevront le châtiment qu'ils se seront attiré."

Il faut être vigilant et ne pas s'engager dans une lutte la tête en avant, sans réfléchir et prier.

Il faut parfois apprendre à contourner certains champs de batailles, éviter certaines conversations, rompre avec certaines fréquentations.

Vous trouverez assurément dans chaque journée des occasions de lutter à tous les coins de rues!

Ne faites pas de votre vie une revendication perpétuelle ou un terrain conflictuel. 

Vous pouvez exister sans créer ou chercher les sources de conflits!

Pour cela apprenez à reconnaître où se situe le véritable combat…   
Ephésiens 6/12: "Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes."

Dans le domaine des luttes inutiles, il y a aussi celles qui sont générées par nos propres passions. 
Chacun de nous est un fabriquant de luttes dès l'instant ou il laisse ses passions prendre l'ascendant sur sa raison et sa spiritualité.

Jacques 4/1-2: "D’où viennent les luttes, et d’où viennent les querelles parmi vous? N’est-ce pas de vos passions qui combattent dans vos membres? Vous convoitez, et vous ne possédez pas; vous êtes meurtriers et envieux, et vous ne pouvez pas obtenir; vous avez des querelles et des luttes, et vous ne possédez pas, parce que vous ne demandez pas."


5- La lutte qui débouche sur toutes les bénédictions.
La seule lutte qui vaille la peine de s'investir totalement est celle qui nous est révélée dans Jude 1/3: "Mes chers amis, j’avais le vif désir de vous écrire au sujet du salut qui nous est commun. J’ai vu la nécessité de le faire maintenant afin de vous recommander de lutter pour la foi qui a été transmise une fois pour toutes à ceux qui appartiennent à Dieu."

La lutte qui consiste à utiliser la foi en toutes circonstances est la plus élevée qui soit.
Lorsque notre chair réclame, revendique, crie justice et s'indigne; mettre en marche sa foi n'est pas toujours logique. 

La chair désirera toujours terminer 
le travail qu'elle a commencé!!!

Ainsi lorsque votre chair fait remonter certaines choses dont vous soupçonnez une issue tout aussi charnelle répondez-y par la foi que Dieu a mise en vous et faites taire ces assauts charnels.     

6- Conclusion:
Peut être vous débattez-vous actuellement avec une situation compliquée qui ne vous laisse que peu de marche de manœuvre. Votre prière se résume peut-être depuis quelques temps à ces quelques mots simples: 
Seigneur aide moi à sortir de ce cocon trop serré!

Ne pensez-pas que Dieu vous ait abandonné ou qu'il se désintéresse de vous.
Regardez ce cocon comme étant le moyen d'obtenir bénédiction que Dieu désire pour vous.

J’avais demandé la force...
Et la vie m’a donné les difficultés pour me rendre fort.
J’avais demandé la sagesse...
Et la vie m’a donné des problèmes à résoudre.
J’avais demandé la prospérité...
Et la vie m’a donné un cerveau et des muscles pour travailler.
J’avais demandé de pouvoir voler...
Et la vie m’a donné des obstacles à surmonter.
J’avais demandé l’amour...
Et la vie m’a donné des gens à aider dans leurs problèmes.
J’avais demandé des faveurs...
Et la vie m’a donné des potentialités.
Je n’ai rien reçu de ce que j’ai demandé...
Mais j’ai reçu tout ce dont j’avais besoin


Dieu nous a laissé dans sa parole un verset qui donne la force nécessaire pour tenir bon dans le terrain de la foi: 
1 Corinthiens 10/13: "Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter. "  

S'il n’y a pas de trêve dans la lutte sur la terre pour survivre comme le dit l'Ecclésiaste nous avons aussi cette espérance qui est gravée dans le livre de l'apocalypse 2/11: "Celui qui sortira vainqueur de la lutte n’aura rien à craindre de la seconde mort: elle ne pourra pas le toucher."

Alors si vous vous sentez pris dans un sable mouvant, écoutez ce conseil technique: ayez des gestes doux et laissez-vous flotter. Toutes agitations ne feront qu'accroître l'enlisement!

Philippiens 4/5: "Que votre douceur soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche."

Puisses-tu du fond de ton cocon t'approprier ces paroles de Paul écrites dans Colossiens 1/29 (version Parole vivante): "Voilà pourquoi, tel un lutteur, je tends tout mon être et je travaille avec acharnement en me confiant dans les forces que me donne celui qui agit puissamment en moi."