vendredi 13 juillet 2012

"Il y a-t-il du feu dans votre foyer? "

Psaume 68/6 
(Traduction Zadoc): "Dieu donne un foyer à ceux qui vivent solitaires; il rend la liberté avec le bien-être aux prisonniers, mais les rebelles restent confinés dans des régions arides." 

(Traduction Fillon): "C’est le Dieu qui fait habiter dans une même maison ceux qui ont un même esprit; qui délivre les captifs par Sa puissance, aussi bien que ceux qui L’irritent, qui habitent dans les sépulcres."

Introduction:
Qu'est-ce qu'un foyer?
Dans la langue française le mot foyer sert communément à désigner deux choses qui sont en réalité liées entre elles. 

Le "foyer" désigne, dans son sens premier, l'endroit d'une cheminée où se fait le feu.
Et, il désigne, dans son deuxième sens, le domicile familial, le lieu où se tient la famille. 
Cet endroit a été appelé: "foyer" parce que c'est autour du feu que ce réunissait ordinairement la famille.


Si la langue française nous offre de nombreuses subtilités n'hésitons pas à les utiliser pour notre édification!

Je vous poserais donc la question suivante:
"Est-ce que ça brûle dans votre foyer?"

Mais vous me répondrez certainement:
"De quel foyer parlez-vous?"

Je parle, bien évidement, du foyer comme définition de la famille et au milieu de laquelle peut se consumer toute sorte de choses…

Aujourd'hui, le foyer est malmené et devient souvent le terrain de tensions, de conflits où nous pouvons vivre l'opposition, la discorde, la violence verbale et physique, mais aussi l'indifférence, l'éloignement.
En regardant l'état général des familles dans notre société nous pouvons déclarer que beaucoup de foyers sont en flamme. (Les statistiques parlent d'un foyer sur trois qui se termine en divorce…)

J'aime la traduction Fillon du Psaume 68/6 qui dit que notre Dieu: "C’est le Dieu qui fait habiter dans une même maison ceux qui ont un même esprit…"
Voilà la notion biblique ou spirituelle du foyer: c'est le lieu où habitent ceux qui ont un même esprit!

Malheureusement, nous devons confesser que parfois dans un même foyer plusieurs esprits règnent et s'opposent… 
Ainsi, lorsque nous regardons à la genèse du foyer, nous découvrons que le premier foyer dans la Bible fut celui d'Adam et Eve. 
Adam et Eve avaient été créés à l'image de Dieu et placés dans les meilleures circonstances qui soient pour que l'harmonie parfaite règne au sein de leur union. Mais, ils vont connaître un jour le désastre et la chute parce qu'ils laissèrent le serpent se glisser au sein de leur foyer.
En rencontrant le serpent et en prêtant une réelle attention à son discours, ce fut le péché qui entra dans leur cœur et aussitôt ils perdirent tout deux la paix de Dieu mais aussi l'harmonie entre eux.

Tandis qu'ils avaient été créés dans le but principal de vivre pour Dieu, nous voyons par la suite qu'ils s'éloignèrent de l'objectif divin et commencèrent à vivre non plus pour Dieu mais chacun pour soi.
Ce n'était plus un même esprit qui les animait et les dirigeait car devenant comme des dieux, ils recherchaient maintenant leur propre gloire en plaçant "le moi" au centre de leur vie.
Le péché s'installa alors dans le cœur des hommes balayant la paix, l'harmonie, l'amour, la communion pour laisser place à la discorde, l'incompréhension, l'opposition et parfois même l’indifférence et la haine. 

L'attaque portée par le serpent visait la déstabilisation du foyer comme structure en vue du développement de l'individu. 
C'est donc à cause du péché que les foyers ont commencé à brûler!!!
D'ailleurs, savez-vous que si vous utilisez les caractères de l'alphabet hébreu vous découvrirez que dans le mot "homme" qui se dit "ISH" il y a une lettre qu'on ne trouve pas dans le mot femme qui se dit "ISHA" et vice et versa. Ces deux lettres mises ensemble forment le nom de Dieu "YAH". 
Mais si on retire le mot hébreu "YAH" du mot mariage on obtient le mot "ESH" qui signifie: "feu".
Nous pouvons tirer de cette démonstration que le mariage tel que Dieu l'a conçu, est l'union de trois personnes: de Dieu, d'un homme et d'une femme et que le mariage sans Dieu équivaut au feu, à la destruction.

Ecclésiaste 4/12:
 "Et si quelqu’un est plus fort qu’un seul, les deux peuvent lui résister; et la corde à trois fils ne se rompt pas facilement."

Dans toute la bible, nous pouvons observer deux sortes de feu.
Le feu évidemment est indispensable à l’homme, depuis l'aube des temps. Il sert à divers métiers, à la préparation des aliments, au chauffage. Dans l'ancien testament, Dieu manifestait son approbation par le feu, en consumant les sacrifices.
Le feu, lorsqu'il est maîtrisé dans un foyer, est une bonne chose, extrêmement utile. 

Mais malheureusement, il existe aussi une autre sorte de feu, un feu qui détruit, qui ronge et consume. Un feu que l'on pourrait appeler, comme dans l'ancien testament, feu étranger.
En effet, Il y avait, à cette époque, chez les païens, des adorateurs du feu, les adeptes du culte de Molok et d’autres idolâtres qui consacraient leurs enfants en les jetant dans le feu.

Il y eut même deux sacrificateurs de l'Eternel, les fils d’Aaron: Nadab et Abihu qui amenèrent dans le temple de Dieu du feu étranger et qui moururent consumés, à cause de leur inconséquence.
Alors quelle sorte de feu brûle dans votre foyer?
Est-ce un feu destructeur ou un feu utile et agréable?

1. Le feu destructeur.
Il n'est pas étonnant de constater que c'est au milieu du foyer que nous trouvons le feu, et si le feu de Dieu n'est pas présent, alimenté chaque jour et attisé par le vent de l'Esprit, ce feu là finit par s'éteindre et à être remplacé par un feu étranger, bien différent du premier.
L'être humain, quel qu'il soit, ne peut vivre sans feu. Depuis l'aube des temps et, dans n'importe quelle tribu de la terre, les hommes ont recherché et trouvé le feu.

Quel feu avez-vous trouvé?

Si vous n'êtes pas certain de la provenance du feu qui brûle dans votre foyer, constatez quel résultat il produit, dans votre vie et dans la vie de ceux qui vous côtoient.

Pouvez-vous dire que tous ceux qui habitent dans votre maison partagent un même feu?

Si tel n'est pas le cas alors vous devez en trouver la raison. 
Pourquoi sous un même toit, cohabitent parfois deux sortes de feu?
Pourquoi certains membres d'une famille meurent de froid, alors que vous êtes censé attiser le feu de Dieu au milieu de votre maison?


Le feu étranger que j'oserais même appeler le feu de l'enfer, le feu de la destruction a-t-il plus de force d'attraction que le feu de Dieu?


A l'époque de Jésus, il existait un endroit où le feu brûlait en permanence.
On appelait cet endroit: la géhenne (de l’expression hébraïque "ge-hinnom", vallée de Hinnom.)
A cet endroit, tout proche de Jérusalem, on avait brûlé des enfants en l’honneur de Molok. 
En raison des crimes qui s’y commirent, puis aussi à cause des immondices qu’on y brûlait, la vallée d’Hinnom devint un symbole de péché et d’affliction.

Le feu étranger n'est pas d'une odeur agréable pour l'Eternel et il ne devrait l'être pour personne.De ce feu se dégagent des odeurs de souffre et de chair humaine brûlée, ce feu symbolise l'enfer et ses souffrances. Ce feu immonde et destructeur ne devrait jamais brûler dans un foyer chrétien. Pourtant, il arrive souvent qu'un tel feu s'enflamme insidieusement si on n'y prend pas garde.

Comment cela peut-il arriver?

Cela se produit là où les cœurs sont desséchés, là où les fleuves d'eaux vives se sont taris. 
C'est bien souvent à la suite d'une sécheresse que les feux démarrent…
Il suffit d'une simple étincelle, d'une simple flammèche pour que tout démarre. 
Et cette étincelle a souvent été produite par une langue qui n'est pas tenue en bride.
En effet, nous pouvons lire dans l'épitre de Jacques 3/6: "La langue aussi est un feu; c’est le monde de l’iniquité. La langue est placée parmi nos membres, souillant tout le corps, et enflammant le cours de la vie, étant elle-même enflammée par la géhenne."

Il y a parfois, dans les foyers des frictions qui échauffent les esprits et entraînent des querelles, comme deux brindilles sèches que l'on frotte et qui finissent par s'enflammer.
Il y a aussi les sautes d'humeur qui révèlent que certaines choses précédemment refoulées ressurgissent soudain de façon incontrôlée, elles agissent comme un feu qui brûle à l'étouffée et qui ne demande qu'à se répandre.
Il y existe aussi l'égoïsme qui illustre le fait, de ne plus vouloir tout offrir à l'autre, voir partager avec lui, mais plutôt tout diriger vers soi. Ainsi certains chrétiens gardent jalousement le feu divin pour eux seuls et laissent les autres membres de leur famille se débrouiller. En quelque sorte, ils laissent les autres mourir de froid ou les poussent par leur comportement égocentrique, à aller chercher un feu étranger.

Votre cœur est-il desséché?
Le fleuve d'eau vive est-il tari?
Conservez-vous jalousement votre feu?

Certains s'étonnent de vivre les prémices de l'enfer dans leur foyer, mais ont-ils tout accompli pour éviter cela?

Un feu destructeur ne s'enflamme pas au milieu d'un fleuve. 
Un feu destructeur ne consume pas un arbre vert qui plonge ses racines dans les sources de la vie.
Un feu destructeur ne s'installe pas chez vous, si vous avez partagé le feu divin de la bonne façon avec chaque membre de votre famille.

Qui irait chercher dans la géhenne, du feu immonde et malodorant, alors que brûle chez lui la douceur d'un feu maîtrisé et aromatisé?
Qui préfère l'odeur et l'aspect d'un feu d'immondices à celui d'un feu de cheminée?


Le feu divin brûle-t-il vraiment dans votre vie ou n'est-il plus qu'un lumignon qui fume depuis des années et qui répand dans tout votre foyer une odeur âcre de fumée?

Le feu divin que vous alimentez et attisez chaque jour, est-il posé au milieu de votre foyer pour réchauffer et éclairer tous les habitants de votre maison?
Ou le cachez-vous dans un coin, pour en profiter seul?


Certaines personnes ne partagent pas leur feu et finissent par se retrouver seules et éprouvées par les autres membres de leur famille.
Les incroyants ne connaissent pas la douceur, la chaleur, la lumière, et tous les avantages qu'il y a à vivre avec le feu de Dieu.
Ils ne connaissent que la rudesse de la vie, la solitude, l'indifférence glaciale, les ténèbres qui les maintiennent dans la confusion et l'aveuglement…
Il est facile de comprendre alors la raison de leur cœur endurci, de leurs frustrations, de leurs égarements et de leurs sautes d'humeur.

Jésus a dit: Luc 11/33: "Personne n’allume une lampe pour la mettre dans un lieu caché ou sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, afin que ceux qui entrent voient la lumière."

Si Dieu a allumé un feu dans votre cœur, ce n'est pas non plus pour le cacher et le garder jalousement, mais pour le partager.
Imaginez que vous viviez, avec votre famille, dans l'Arctique, là où la nuit dure 6 mois de l'année et où la température descend jusqu'à - 70°C. 

Oublieriez-vous alors d'alimenter le feu ou de l'attiser?
Vous viendrait-il à l'idée de cacher ce feu et de le garder rien que pour vous?


Bien sûr que non! Une bonne partie de vos journées serait utilisées pour aller chercher du combustible, et vous veilleriez à l'entretien continuel de ce feu. Vous le placeriez bien au centre de votre foyer pour que chacun en profite au maximum! 
Ce monde, dans lequel nous vivons est comparable à cet endroit froid, ténébreux et hostile!
Ceux qui n'ont pas le feu de Dieu sont morts quoi que vivants et s'ils demeurent ainsi ils connaîtront la mort éternelle, sans avoir jamais connu la douce chaleur du feu de Dieu. Ils seront jetés dans la fournaise ardente, dévorante et cruelle, celle de l'enfer, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.

Alors comment faut-il s'y prendre pour éteindre le feu étranger qui s'est immiscé dans votre foyer et comment se servir du feu de Dieu afin qu'il profite utilement et agréablement à chaque membre de votre famille? 



2. Les secrets du feu divin.
Savez-vous quelles sont les différentes façons de se protéger et d'éteindre un incendie?

- Comme nous l'avons dit précédemment, en utilisant de l'eau. Le fleuve de l'Esprit doit inonder votre cœur et jaillir de votre vie, tout autour de vous. Un endroit imbibé d'eau a peu de chance d'être assailli par un feu étranger. C'est un rempart, un coupe-feu contre tous les traits enflammés du malin.

- Nous pouvons aussi nous prémunir d'un feu étranger en débroussaillant notre cœur et notre maison. Cela signifie, examiner notre vie et n'y laisser aucune ronce de méchanceté, aucune racine d'amertume qui serait un terrain idéal pour vite s'enflammer.
 La bible dit dans Romains 12/18: " S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes."

- Un proverbe français dit que celui qui joue avec le feu finit par se brûler. 
Alors prenez garde aux frictions et à votre langue. Les frictions, surtout si votre cœur est sec engendreront le feu, tout comme votre langue peut enflammer toutes sortes de situations. 

Jacques 3/5: "La langue est un petit membre, et elle se vante de grandes choses.
Voyez, comme un petit feu peut embraser une grande forêt!"


- Une autre façon de se protéger d'un feu destructeur, c'est aussi d'en allumer un nous-mêmes de façon stratégique. L'allumage d'un incendie par les pompiers près d'un feu échappé, au lieu de déversements d'eau sur ce dernier, peut sembler illogique. Bien des gens ont l'impression qu'en agissant ainsi, les pompiers aident le feu à prendre de l'ampleur.
 En fait, l'allumage intentionnel d'un feu constitue un outil très important et efficace. 
Sur le plan spirituel, cette technique est aussi essentielle.
 Cela ne consiste pas à combattre le feu étranger ou à essayer de l'éteindre en utilisant cette même source de feu. 
Certains croyants ont essayé cette technique et en ont subi de graves dommages.
 Non seulement ils ne sont pas parvenus à éradiquer le feu étranger mais ils l'ont attisé et se sont tellement découragé qu'ils ont fini par cohabiter avec lui pendant des années. 

- La bible dit dans le livre des proverbes 16/27: "L’homme méchant prépare le malheur, et il y a sur ses lèvres comme un feu ardent."

Nous ne pouvons pas utiliser les mêmes armes que notre ennemi, nous ne pouvons pas espérer éteindre un feu de cette façon. Beaucoup pensent s'y prendre de la bonne manière et se trompent.
Proverbes 14/12: "Telle voie paraît droite à un homme, Mais son issue, c’est la voie de la mort. "Vous êtes vous montré impatient, indifférent, rude, jaloux, orgueilleux, méprisant, intéressé, calculateur, agacé, méfiant, injuste, rancunier, incrédule ou désespéré? 
Le feu que vous avez utilisé était celui de votre ennemi!

Le feu que vous devez raviver et utiliser est celui de Dieu!

Il y a 2000 ans Dieu a envoyé aux hommes un feu divin et pur qui devait enflammer le monde de la bonne façon. Ce feu ne pouvait pas venir de la terre ou des hommes, mais du ciel.
Dieu savait que c'est de l'abondance du cœur que la bouche parle. Il savait aussi que le cœur des hommes depuis la chute en Eden était comme un buisson d'épines embrasé par tous les traits du malin, par conséquence leur langue était elle-aussi enflammée par le feu de la géhenne. 
Il fallait donc, que Dieu se serve de sa toute puissance pour allumer un feu nouveau, un feu purificateur, un feu ardent, un feu de barrage, capable non seulement d'éteindre les feux étrangers mais aussi d'apporter aux hommes une source agréable et puissante de chaleur, de lumière et de vie!

Ce feu nous est décrit dans le livre des actes 2/1 à 4: "Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer."

En son temps, Jean le Baptiste avait prophétisé cet évènement en déclarant que s'il avait la possibilité de baptiser d'eau, Jésus lui aurait la capacité de baptiser les croyants du saint Esprit et de feu.

Dans notre monde, le baptême du feu signifie le premier combat d'un soldat.

Avez-vous combattu une première fois le bon combat auquel Christ vous a appelé?
Vous êtes vous battu pour obtenir et conserver le feu de Dieu, pour l'alimenter et l'attiser?
Avez-vous combattu de la bonne manière contre les feux étrangers
qui pouvaient s'installer dans votre foyer?


Dieu vous a sauvé et vous a revêtu de vérité, de justice, d'enthousiasme et de foi, il vous a donné sa parole, la Bible et un accès libre auprès de Dieu à travers la prière. 
Et par-dessus tout cela, il vous donné une arme par excellence, une arme essentielle et indispensable pour vous tenir en vie mais aussi pour répandre la vie autour de vous.
C'est l'arme la plus efficace pour se protéger et protéger son foyer ainsi que pour éteindre tous les feux étrangers méprisables et nauséabonds venus tout droit de la géhenne.
Cette arme c'est l'amour. 

L'avez-vous entre vos mains ou l'avez-vous remisée depuis longtemps?
Si vous l'avez, savez-vous l'utiliser avec efficacité?


Conclusion:
Si vous voulez que votre foyer et tous ses membres soient sauvés du feu destructeur, si vous désirez profiter avec votre famille de tous les avantages du feu divin, imprégnez-vous de l'amour que Christ vous a donné sur la croix.

1 Corinthiens 13/1 à 8: 
"Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas l’amour, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit. Et quand j’aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j’aurais même toute la foi jusqu’à transporter des montagnes, si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien. Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n’ai pas l’amour, cela ne me sert à rien.
L’amour est patient, il est plein de bonté; l’amour n’est point envieux; l’amour ne se vante point, l'amour ne s’enfle point d’orgueil, l'amour ne fait rien de malhonnête, l'amour ne cherche point sont intérêt, l'amour ne s’irrite point, l'amour ne soupçonne point le mal ,l'amour ne se réjouit point de l’injustice, mais l'amour se réjouit de la vérité; l'amour excuse tout, l'amour croit tout, l'amour espère tout, l'amour supporte tout. L’amour ne périt jamais."


Vous pourrez proclamer une victoire pleine et entière si l'amour, dans votre vie, triomphe de tout.

Illustration: Quelqu’un suit ton exemple…
Nos enfants nous imitent, et parfois ce qui en résulte est tragique.
Une petite fille jeta un soir un coup d’œil dans la salle de séjour où ses parents recevaient des amis. 
Ce qui n’était pas chose rare. Les rires et les éclats de voix l’empêchaient de toute façon de s’endormir. L’enfant suivait la scène, très intéressée. Quelqu’un distribuait les cartes. Papa demanda à maman de lui passer une cigarette, et maman la lui lança en plein visage. Tout le monde éclata de rire.
Le lendemain, la petite fille appela tous ses compagnons de jeux et voulut elle aussi organiser une « party » entre amis; elle se déguisa et enfila elle-même la robe que sa maman portait la veille. 
Il fallait ne pas faire de bruit dans la maison, car ses parents dormaient encore après la fête qui avait duré jusqu’au petit matin. 
La petite fille avec sa robe trois fois trop grande voulait s’amuser autant que ses parents; elle demanda à un petit ami de lui verser à boire et mit une cigarette à la bouche. En essayant de l’allumer, quand tout à coup, la robe trop grande prit feu, et en un instant, la fillette devint une torche vivante.
Quelques heures plus tard, son petit corps carbonisé était étendu dans la chambre silencieuse. 
Avant de mourir, elle dit : "Je voulais faire comme toi, maman !"
Les parents se trompent bien s’ils pensent que leurs enfants ne les prennent pas pour modèles. 

Qu’entendent nos enfants sortir de notre bouche ?
Quel message leur laissons-nous, à eux qui subissent déjà les mauvaises influences de la télé, des publicités et de la presse ?

Après de quel genre de feu passons nous le plus clair de notre temps? 

J'invite ceux et celles qui constatent un feu étranger chez eux et qui souhaitent que les choses changent à prier maintenant et à demander à Dieu non seulement d'éteindre les feux étrangers mais surtout d'allumer le sien.