lundi 10 octobre 2011

Qu'y a-t-il derrière votre papier peint?



Lévitique 14/33 à 53:" L'Éternel  parla à Moïse et à Aaron, et dit:
Lorsque vous serez entrés dans le pays de Canaan, dont je vous donne la possession, si  je mets une plaie de lèpre sur une maison du pays que vous posséderez, celui à qui appartiendra la maison ira le déclarer au sacrificateur, et dira: J’aperçois comme une plaie dans ma maison. Le sacrificateur, avant d’y entrer pour examiner la plaie, ordonnera qu’on vide la maison, afin que tout ce qui y est ne devienne pas impur. Après cela, le sacrificateur entrera pour examiner la maison. Le sacrificateur examinera la plaie. S’il voit qu’elle offre sur les murs de la maison des cavités verdâtres ou rougeâtres, paraissant plus enfoncées que le mur, il sortira de la maison, et, quand il sera à la porte, il fera fermer la maison pour sept jours. Le sacrificateur y retournera le septième jour. S’il voit que la plaie s’est étendue sur les murs de la maison, il ordonnera qu’on ôte les pierres attaquées de la plaie, et qu’on les jette hors de la ville, dans un lieu impur. Il fera racler tout l’intérieur de la maison; et l’on jettera hors de la ville, dans un lieu impur, la poussière qu’on aura raclée. On prendra d’autres pierres, que l’on mettra à la place des premières; et l’on prendra un autre mortier, pour recrépir la maison. Si la plaie revient et fait éruption dans la maison, après qu’on a ôté les pierres, raclé et recrépi la maison, le sacrificateur y retournera. S’il voit que la plaie s’est étendue dans la maison, c’est une lèpre invétérée dans la maison: elle est impure. On abattra la maison, les pierres, le bois, et tout le mortier de la maison; et l’on portera ces choses hors de la ville dans un lieu impur. Celui qui sera entré dans la maison pendant tout le temps qu’elle était fermée sera impur jusqu’au soir. Celui qui aura couché dans la maison lavera ses vêtements. Celui qui aura mangé dans la maison lavera aussi ses vêtements. Si le sacrificateur, qui est retourné dans la maison, voit que la plaie ne s’est pas étendue, après que la maison a été recrépie, il déclarera la maison pure, car la plaie est guérie. Il prendra, pour purifier la maison, deux oiseaux, du bois de cèdre, du cramoisi et de l’hysope. Il égorgera l’un des oiseaux sur un vase de terre, sur de l’eau vive. Il prendra le bois de cèdre, l’hysope, le cramoisi et l’oiseau vivant; il les trempera dans le sang de l’oiseau égorgé et dans l’eau vive, et il en fera sept fois l’aspersion sur la maison. Il purifiera la maison avec le sang de l’oiseau, avec de l’eau vive, avec l’oiseau vivant, avec le bois de cèdre, l’hysope et le cramoisi. Il lâchera l’oiseau vivant hors de la ville, dans les champs. C’est ainsi qu’il fera pour la maison l’expiation, et elle sera pure."  

Introduction:
Nous vivons dans un siècle d'apparence où il est de bon ton de mettre en avant la forme au profit du fond. Gagnant ainsi en superficialité nous perdons beaucoup en authenticité et ne faisons plus qu'effleurer la réalité.
Si le Poète et dramaturge anglais William Shakespeare a déclaré "être ou ne pas être telle est la question" nous pouvons dire aujourd'hui:

"Paraître ou ne pas être, telle est la question!"

Tous ceux qui un jour ont dû restaurer une maison ou un appartement savent combien les apparences sont parfois trompeuses.
En effet, un simple papier peint peut recouvrir des choses surprenantes…
J'ai moi-même connu des papiers peints qui reflétaient des gouts plus que douteux dont il fallait vite effacer toutes traces pour éviter à la médisance de prendre place.
Mais tandis que j'essayais de décoller le papier du mur quelle ne fut pas mon étonnement de constater qu'un autre papier était collé derrière le premier.
Ce second papier était surprenant à bien des égards car ces couleurs et ces motifs venaient d'un autre âge et reflétaient le psychédélisme des années 70.

Devait-on garder précieusement cette relique en place par soucis du devoir de mémoire ou tenter une nouvelle opération de décollage?

Décision fut prise de pratiquer un décollage du deuxième niveau.
Tandis que le papier illustré de formes géométriques basiques commençait à s'humidifier, il permit une fois qu'il était retiré du mur, une découverte antique d'un papier jaunis encore plus ancien.  

De quelle époque venait-il?  Là était tout le mystère?!

Toutes ces couches successives étaient-elle là pour éviter les déperditions calorifiques ou pour attester de la superficialité des habitants qui nous avaient précédés préférant gagner du temps en recollant les papiers les uns  par dessus les autres?

Là encore l'humidification eut raison de la troisième couche…

Nous pensions maintenant avoir atteint le mur quand derrière cette troisième couche de papier nous découvrîmes avec une joie mesurée les nouvelles du journal local de notre région qui décrivaient des évènements qui s'étaient déroulés bien avant ma naissance…!
Fallait-il devant cette découverte appeler le conservatoire du patrimoine en attendant qu'on nous envoie une délégation d'archéologues?


Le taux d'humidité de la pièce ne nous permit pas de sauver cette fresque d'un autre âge et enfin nous atteignîmes la surface tant désirée!
Voilà le mur qui apparaissait maintenant dans toute sa splendeur!

Nous espérions alors trouver un mur lisse et dépourvu de la moindre aspérité mais nous constations de nombreuses lézardes et fissures qui témoignaient du fait que le bâtiment avait certainement quelque peu bougé sur ses fondements.
Le véritable travail de restauration allait pouvoir enfin commencer!


Mais en repensant aujourd'hui à tous ces travaux que je dus entreprendre, je ne peux m'empêcher de penser aux cœurs des être humains et aux couches successives de papier qui les entourent et qui recouvrent de réelles fissures et de véritables blessures…
Ce qui était invisible à mes yeux, dissimulé sous l'épaisseur du papier imprimé, cachait la réalité de devoir entreprendre des travaux urgents.

Qu'y a-t-il derrière votre papier peint?
Euripide a dit un jour: "L'apparence n'est rien; c'est au fond du cœur qu'est la plaie."
Malheureusement, le temps que nous nous efforçons de sauver les apparences, nous ne nous occupons pas de tout ce qui se trouve derrière, de ce qui est au fond des choses et qui est la cause réelle de tous nos soucis, de toutes nos souffrances et de toutes nos peines, voir même de beaucoup de bénédictions ratées.     
L'exhortation de David à son fils Salomon va dans le même sens.
Dans 1 Chroniques 28/9, il déclare: "Quant à toi, Salomon mon fils, apprends à bien connaître le Dieu de ton père et adore-le d’un cœur sans partage et d’un esprit bien disposé, car l'Éternel regarde jusqu’au fond des cœurs et il discerne toutes les intentions. Si tu t’attaches à lui, il interviendra en ta faveur, mais si tu te détournes de lui, il te rejettera pour toujours."

Pensez-vous un seul instant que Dieu désire poser une nouvelle couche de papier par dessus toutes celles que vous avez déjà posées depuis des années?

Le christianisme qui consiste à recouvrir les imperfections humaines sous le dogme des apparences n'est en aucun cas celui que Jésus a annoncé.
Le véritable christianisme consiste à réaliser une opération à cœur ouvert car comme le dit Jésus dans Matthieu 15/19, c’est du dedans du cœur que proviennent toutes les mauvaises choses!

Ce que Dieu désire c'est aller au fond des choses!

La "loi " de Moïse avait une vertu particulière puisqu'elle permettait de porter le péché à notre connaissance. Mais, si elle révélait le dedans du cœur, elle ne pouvait parvenir à le changer.  
L'apôtre Paul, le dit aux chrétiens de Rome dans Romains 3/20: "Car personne ne sera déclaré juste devant lui parce qu’il aura accompli les œuvres demandées par la Loi. En effet, la Loi donne seulement la connaissance du péché."

1- Avoir la connaissance de son péché est donc la première étape vers une restauration complète de votre vie.     
Le texte du Lévitique sur la purification de la maison lépreuse nous donne une bonne illustration de la façon dont Dieu désire agir dans nos cœurs.
Lévitique 14/34-35: "Lorsque vous serez entrés dans le pays de Canaan, dont je vous donne la possession; si je mets une plaie de lèpre sur une maison du pays que vous posséderez, celui à qui appartiendra la maison ira le déclarer au sacrificateur, et dira: J'aperçois comme une plaie dans ma maison."
Les versets de Lévitique 14, donnaient la marche à suivre dans le cas ou une lèpre apparaissait sur les murs d'une maison.  

Mais en faisant la lecture ne trouvez vous pas étrange de constater que la lèpre dont il est question dans ce texte était directement mise par Dieu ?
Pourquoi Dieu mettait lui-même une lèpre sur les murs de cette maison?


Simplement pour révéler que quelque chose n'allait pas à l'intérieur de cette maison.
Nous avons vu que la "Loi" amenait la connaissance du péché mais le péché doit être pris en compte et traité selon la volonté de Dieu.
Les maisons des Cananéens étaient parfois dédiées à des dieux païens dont ils avaient placé l'effigie dans des pierres creuses qui ensuite avaient été scellées dans les murs.
Ainsi, la révélation d'une idole, d'un faux dieu se faisait par une lèpre qui apparaissait à la surface du mur.    

Dans le cadre de la vie spirituelle, l'image de la construction, de l'habitation est toujours le synonyme de notre cœur. En effet, la vie du croyant est souvent comparée à une habitation de Dieu en Esprit, ou à un temple dans lequel Dieu réside. Et, il arrive parfois que dans nos cœurs résident des choses que Dieu ne peut tolérer, qu'il ne peut accepter car même si elles sont invisibles à l'œil nu elles n'échappent pas à la vue du Très-Haut.

Dieu dit : "Si je met une lèpre sur une maison"
Il s’agit là d’une action de Dieu qui volontairement va démontrer, par quelque chose d’extérieur, qu'une souillure, qu'une idole ou qu'un interdit se trouvaient cachés à l’intérieur.
La bible dit clairement que toutes les choses cachées devront être mise à la lumière. 
La révélation du péché passe par le fait que Dieu désire faire briller sa lumière dans notre vie.
La lampe de Dieu brille-t-elle encore dans ta maison es-tu toujours éclairé ?

Dans 2 Corinthiens 6/14, Paul déclare: "Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l'iniquité? Ou qu'y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres?"
Il ajoutera dans Éphésiens 5/8: "Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière!"

Lorsque la lumière pénètre dans la maison elle dévoile tout. Ainsi, les plus fines particules de poussières qui étaient invisibles apparaissent d’un coup. Nous devons alors prendre conscience qu’il faut effectuer un  dépoussiérage voir un nettoyage en profondeur.

La première chose à faire avant d'habiter un endroit est de faire un état des lieux!
Ainsi, il est aussi essentiel que je puisse faire périodiquement un véritable état des lieux de mon cœur.


2- La deuxième étape consistait à déclarer au sacrificateur qu’une plaie était dans la maison.
Mais beaucoup à ce stade font preuve d’une étonnante ingéniosité pour masquer ou dissimuler le problème et éviter ainsi tous regards accusateurs qui entraîneraient encore plus de culpabilité. Et, la tentation est grande de reposer un papier neuf par dessus l'ancien. 


Qu'y a-t-il derrière votre papier peint?

Il peut y a voir un papier jaunis témoignant d'un passé révolu, le symbole d'un attachement à quelque chose de désuet auquel on s'accroche obstinément et sans raison valable.
Parfois derrière le papier peint se trouvent collés des vieux journaux qui sont remplis de veilles informations. Mais sérieusement, qui pourrait croire que ce genre de nouvelle est encore d'actualité simplement parce qu'on vient d'en faire la découverte?

Il y a parfois dans notre cœur des souvenirs qui sont imagés par ces vieux journaux passés de date et qui ne correspondent plus à la réalité présente.
Ils témoignent de faits divers qui ont à un moment donné été au cœur de l'actualité.

Mais quelle valeur ont-ils aujourd'hui, après toutes ces années écoulées?

-Gardes-tu dans ta vie le souvenir d'évènements marquants, peut être même blessants ou outrageants?
-Ton cœur est-il tapissé de souvenirs que tu conserves comme s'ils étaient encore actuels?
-Combien de couches de papier se superposent dans ta vie?
-Existe-t-il dans ton cœur des problèmes non résolus, des réconciliations non effectuées et des pardons non prononcés?
-Entretiens-tu dans ton cœur une rancune avec la crainte de devoir rencontrer un jour la personne pour laquelle tu éprouves tous ces sentiments?

Vous pouvez toujours essayer de reposer un nouveau papier par dessus toutes les choses qui peuvent vous paraître gênantes. Mais sachez que Dieu les fera toujours ressortir!  
      
Le seul moyen était de le déclarer (de l'hébreu "Nagad" qui veut dire: publier, faire connaître, annoncer, avouer, confesser).

Y a-t-il dans nos cœurs des choses qui sont devenues si inavouables pour que n’arrivions même plus à les déclarer? Sommes-nous à ce point bloqués?

N'essayez pas de conserver les vieux papiers qui recouvrent le fond de votre cœur, décollez chacun d'eux par l'eau de l'Esprit-Saint qui est l'unique moyen d'en venir à bout.
Jacques 5/16: "Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace."

L'efficacité de la prière n'est-elle pas dépendante de la première partie de ce verset?
Peut-être pouvons-nous avouer avec une grande sincérité que le manque de résultats spirituels qui caractérisent notre pays est peut être le résultat d'un esprit de propre justice qui a pris place dans bien des cœurs?  
Proverbes 28/13: "Celui qui cache ses transgressions ne prospère point, mais celui qui les avoue et les délaisse obtient miséricorde."



3- La troisième étape que l’israélite devait accomplir était de vider sa maison.
Lévitique 14/36: "Le sacrificateur, avant d'y entrer pour examiner la plaie, ordonnera qu'on vide la maison, afin que tout ce qui y est ne devienne pas impur."

Le risque était grand de finir par tout perdre, car la contagion pouvait gagner tout ce qui se trouvait dans la maison. Il fallait faire vite!
Il fallait tout sortir dehors…
Bonne occasion, pour faire un peu de tri dans nos affaires et ainsi séparer les choses que nous devons garder de celles que nous devons jeter.


4- La quatrième étape ....
Une fois la maison vidée, il était alors possible de l’examiner.
N’essayez jamais d’examiner une maison, si elle n’a pas été vidée.
Derrière les meubles se cachent parfois des surprises…
Derrière certaines pensées, certaines actions peuvent se cacher des mauvais désirs.
Si nous voulons faire un examen attentif et objectif de notre cœur il faut d’abord accepter que rien ne vienne faire obstacle.

Un bon diagnostique est toujours à la base de toute guérison.

Le Seigneur Jésus n’est pas venu pour des bien-portant, mais pour des malades, alors laissons-lui la liberté de nous ausculter.
Nous voudrions tellement que nos fautes soient pardonnées sans qu’il faille les avouer et être guéri sans avoir besoin d'aller chez le médecin.
Cependant la Bible déclare que seul le sacrificateur était  habilité à faire cet examen.
Et si quelque chose de suspect attirait son attention, il devait aussitôt prendre une décision.

Fermer la maison pour sept jours!

Le temps peut parfois être réparateur de certaines choses…
Une décision ne peut se prendre à la va-vite. Attention aux méthodes expéditives!
La destruction n’est pas toujours la meilleure solution.
Sept jours (une semaine) étaient le temps parfait pour voir l’évolution de la plaie, de la tache.

Le 7ème jour, le sacrificateur devait encore examiner la maison et si la tache s’était étendue sur les murs, des mesures s’imposaient.


5- La cinquième étape consistait à ôter les pierres qui étaient attaquées de la plaie.
Cette consigne devait être scrupuleusement observée.
Il fallait ôter ce qui n'allait pas et ne pas seulement le recouvrir d’un enduit.
Remettre un papier neuf par dessus un mur impropre, c'est s'exposer à devoir recommencer un jour ou l'autre les travaux… 
Rien d’humain, ni de charnel ne peut venir à bout de l’iniquité.
Jérémie 2/22: "Quand tu te laverais avec du nitre, quand tu emploierais beaucoup de potasse, ton iniquité resterait marquée devant moi, dit le Seigneur, l'Éternel."


Après avoir ôté les pierres infectées, il fallait racler tout l’intérieur de la maison.
De même, après avoir retiré la partie infectée dans notre cœur, il faut gratter dans tous nos sentiments pour être sûr que rien de mauvais ne puisse subsister.
Savez-vous que le péché se cache souvent dans une mauvaise pensée, une mauvaise habitude, une injustice que nous avons subie et dont nous réclamons vengeance, une pensée refoulée au plus profond de notre cœur?
Toutes ces choses sont autant de nids dans lesquels vient se réfugier notre péché et où il trouve toute la nourriture nécessaire pour se développer.


6- Venait ensuite la sixième étape.
On ne remplace pas des matériaux impurs par d’autres tout aussi impurs.
Non, il fallait mettre à la place des pierres saines et sans défaut.
Tout ceci nous parle du vieil homme qui doit disparaître pour laisser la place au nouvel homme qui doit venir et s’établir dans notre vie.
Des sentiments nouveaux qui entraînent des actions nouvelles, des comportements nouveaux qui permettent des décisions nouvelles..... Tout doit changer.

Donner un autre nom à nos vieilles pierres ne changera pas leur nature souillée. Être chrétien c’est plus qu’un changement de nom, c’est un changement complet, c’est une mort et une renaissance en nouveauté de vie.

 
7- Ensuite, il fallait ensuite recrépir les murs... C'était la septième étape.
La tentation est toujours de vouloir recrépir sans avoir à ôter les pierres !
Une bonne couche d’hypocrisie peut faire l’affaire et derrière l’enduit épais des apparences, se dissimule un cœur qui souffre d'une culpabilité corrosive.

Au verset 43, il nous est dit que la plaie pouvait parfois revenir après avoir opéré certaines transformations. 

Mais alors que faire dans ce cas?

Il fallait de nouveau appeler le sacrificateur qui après un nouvel examen, allait prononcer un nouveau verdict.
Depuis combien de temps ton sacrificateur qu’on appelle parfois "conscience" n’a t-il pas examiné ton cœur?
Le verdict?
C’est une lèpre invétérée, le diagnostique est tombé! Mauvaise nouvelle pour le propriétaire!
A grands besoins, grands moyens: Il fallait abattre la maison!


Il n’est plus temps de consolider et de réparer en faisant l’économie d'une bonne repentance qui viendra comme un bulldozer raser tout l'intérieur de notre cœur pour nous permettre de prendre un nouveau départ.

Retenons au passage les versets 46 à 47: qui nous enseignent que tout ceux qui avait été en contact avec la maison devaient aussi se purifier.

Le contact souille, souvenons-nous-en !

C’est un principe qui était appliqué dans la loi Lévitique mais qui est encore d’actualité aujourd’hui.
Un proverbe du monde dira: "dis moi qui tu fréquentes...."
Et l'apôtre Paul de dire dans 1 Corinthiens 5/11: "Maintenant, ce que je vous ai écrit, c'est de ne pas avoir des relations avec quelqu'un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme."

Conclusion:
Lorsque le sacrificateur constatait la guérison, il déclarait pure cette maison.
Quelle importance de recevoir ce témoignage de notre conscience!
Que ce soit pour reconstruire à l’endroit où la maison avait été rasée où pour habiter de nouveau dans une maison purifiée, il fallait observer une cérémonie qui se déroulait aux yeux de tous.

Pour cela, le sacrificateur devait prendre:
"Pour purifier la maison, deux oiseaux, du bois de cèdre, du cramoisi et de l'hysope.
Il égorgera l'un des oiseaux sur un vase de terre, sur de l'eau vive. Il prendra le bois de cèdre, l'hysope, le cramoisi et l'oiseau vivant; il les trempera dans le sang de l'oiseau égorgé et dans l'eau vive, et il en fera sept fois l'aspersion sur la maison. Il purifiera la maison avec le sang de l'oiseau, avec de l'eau vive, avec l'oiseau vivant, avec le bois de cèdre, l'hysope et le cramoisi. Il lâchera l'oiseau vivant hors de la ville, dans les champs. C'est ainsi qu'il fera pour la maison l'expiation, et elle sera pure."

- Les oiseaux étaient dans l'Ancien Testament les sacrifices qui étaient abordables pour les personnes les plus pauvres.
L’oiseau égorgé et l’oiseau vivant trempé dans le sang puis relâché, évoquent les deux aspects du salut en Jésus-Christ, salut accessible pour tous. En effet, il a été livré pour nos offenses puis il est ressuscité pour notre justification. (Romains 4/25)
- Le vase de terre est l’image de Christ dans son humanité, alors que l’eau vive symbolise le Saint-Esprit.
- Le cramoisi était le cordon qui permettait d'attacher le bouquet d’hysope (qui est une plante amère servant en médecine et qui symbolise la guérison, l'humilité et la sainteté) au bois cèdre (qui est un arbre représentant l’Eternité étant donné qu'il reste toujours vert).
Le cramoisi nous représente le sang du Seigneur qui fut le lien entre l’Eternité et la guérison. Car sur la croix, le seigneur a accompli toutes les purifications utiles à nos vies pour nous accorder la guérison de nos corps et de nos cœurs, mais aussi pour nous offrir en plus  la grâce de pouvoir passer l'Eternité à ses côtés.
La purification ne peut avoir lieu, le temps que nous n’avons pas pleinement réalisé et reçu cette expiation dans notre vie.

Peut-être te dis-tu que tu as laissé trop de temps s'écouler et que trop de choses doivent être changées dans ton cœur. La plaie est aujourd'hui visible sur le papier des apparences qui recouvre la réalité de ta vie.
Que vas-tu faire?
Décoller le papier pour que commence une véritable restauration?
Ou reposer un autre papier?  

Illustration:
Par un beau matin, Cari Coleman se rendait au travail avec sa "voiture, lorsque le pare-chocs d'un autre véhicule heurta le sien.
Les deux voitures s'immobilisèrent, et la dame qui conduisait l'autre voiture sortit pour examiner les dommages.
Affolée, elle admit sa culpabilité.
Elle conduisait une voiture toute neuve qui avait quitté la salle de d'exposition moins de deux jours plus tôt. Elle craignait d'annoncer l'incident à son mari.
Coleman se montra sympathique, mais devait tout de même céder à 1'échange de données tirées des documents officiels: permis de conduire et immatriculation.
La femme, après avoir ouvert le coffre à gants pour en retirer une enveloppe contenant les documents requis, un bout de papier tomba au sol.
Sur celui-ci, écrit de la main de son mari, était inscrit: «En cas d'accident, souviens-toi, chérie: c'est toi que j'aime et non la voiture.»

J'aimerais simplement vous dire que malgré vos erreurs et les accidents que vous avez eu dans votre vie, le Seigneur vous dit: «En cas d'accident, souviens-toi que c'est toi que j'aime et non les apparences derrière lesquelles tu cherches à cacher tes fautes.»

Pour terminer j'aimerais citer cette phrase de Marcel Pagnol:
"Si l'on jugeait les choses sur les apparences, personne n'aurait jamais voulu manger un oursin." 

Remercions Dieu de regarder à nos cœurs et non pas seulement à nos apparences…