mardi 21 décembre 2010

Dans la main du potier

Jérémie 18/2 à 6: "Lève-toi, et descends dans la maison du potier; Là, je te ferai entendre mes paroles. Je descendis dans la maison du potier, Et voici, il travaillait sur un tour. Le vase qu’il faisait ne réussit pas, Comme il arrive à l’argile dans la main du potier; Il en refit un autre vase, Tel qu’il trouva bon de le faire. Et la parole de l’Eternel me fut adressée, en ces mots: Ne puis-je pas agir envers vous comme ce potier, maison d’Israël? Dit l’Eternel. Voici, comme l’argile est dans la main du potier, Ainsi vous êtes dans ma main, maison d’Israël !"

Dieu parle tantôt d'une manière tantôt d'une autre. Il parle d'une façon simple et imagée. Il se fait comprendre en se mettant à notre portée. Il peut nous inviter à aller faire une promenade dans l'atelier d'un artisan juste pour nous faire réaliser une leçon spirituelle.
Il se sert des choses anodines qui nous entourent et que nous côtoyons chaque jour pour nous parler. Il parle des étoiles et du sable, des oliviers, de la vigne, des amandiers ou d'un potier.
Mais lorsque Dieu parle, nous voyons les choses différemment. La parole de Dieu est chaque fois une révélation pour nos vies.
Luc 8/10: " Il vous a été donné de connaître les mystères du royaume de Dieu; mais pour les autres, cela leur est dit en paraboles, afin qu’en voyant ils ne voient point, et qu’en entendant ils ne comprennent point."
Toutes les choses sur lesquelles Dieu attire notre attention, nous les regardons comme jamais, de façon particulière, nos yeux s'ouvrent au-delà des choses, notre intelligence s'ouvre sous l'action du Saint Esprit.
1 Jean 2/27: "Pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, qu’elle est véritable, et qu’elle n’est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu’elle vous a donnés."
Jérémie connaissait le potier, il était descendu maintes fois dans son échoppe pour y acheter des vases, mais cette fois c'est Dieu qui l'envoie pour lui parler d'une façon particulière.
Jérémie obéit et se tenant dans un coin de l'atelier, il observe l'artisan...
Ses yeux se posent sur l'amas informe de glaise et Dieu murmure à son esprit:
"D'où viens tu Jérémie?"
"L'homme n'a-t-il pas été tiré de la glaise?"
(Adam signifie: tiré du limon rouge)
"Ne t'ai-je pas tiré de la boue du péché, arraché de ta vie misérable?"
"Souviens toi d'où tu as été tiré."
"Tu n'as aucune raison de t'enorgueillir, tu as toutes les raisons de me rendre grâce."


Le potier rajoute de l'eau et malaxe cette masse de terre informe et dure.
Auparavant elle était pleine de racines, de cailloux et de toutes sortes d'impureté...
Le potier l'a laissée dehors au gré des intempéries afin qu'elle soit lavée et purifiée.
Aujourd'hui, elle semble pure, cependant, le potier prend du temps pour la briser, la pétrir; ses mains pénètrent la glaise avec comme unique but de la rendre malléable et élastique...C'est le travail le plus dur pour le potier.

" Ne ressembles-tu pas à ce morceau de glaise, Jérémie?"
Tu n'étais rien mais je t'ai choisi. Dans mes mains, je t'ai rendu malléable, jusqu'au jour où je vais te placer sur mon tour. J'ai mis tout mon amour pour oeuvrer en toi, je savais depuis longtemps ce que je voulais faire de toi, j'avais un plan, des projets. J'ai mis du temps pour te rendre utile. En posant mes mains sur toi, je t'ai fait souffrir, mais j'ai aussi donné un sens à ta vie."
La masse d'argile est maintenant prête à devenir un vase. Le tour se met en marche...
Et tourne le tour, de plus en plus vite, tour des circonstances, des problèmes, des faillites, des faiblesses, des joies: tout concourre à ton bien.


Romains 8/28: "Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein."
"Le tour de ton existence sur lequel j'ai posé ta vie, tourne, tourne et tourne encore et entre mes mains chaque jour tu grandis, tu progresses, tu es formé pour devenir un vase utile."
Les mains mouillées du potier enserrent l'argile et, sous la pression de ses mains cumulée au mouvement de rotation du tour, la forme commence à naître. D'une masse d'argile sort presque miraculeusement une œuvre admirable.

Mais que ce passe-t-il? Un incident se produit alors que le potier se réjouissait déjà de la réalisation de son œuvre.
Il y avait quelque part dans la glaise, une petite pierre cachée, une petite racine, elle a détérioré l'ouvrage et a réduit à néant le travail du potier.
C'est terrible!

Le vase n'a pas réussi du premier coup. Quelque chose s'est placé en travers des espoirs du créateur.
"Jérémie, quelque chose s'est mis en travers de tes espoirs spirituels, de ta croissance. Tu es moins bien aujourd'hui qu'hier parce qu'il s'est passé quelque chose dans ta vie. Un obstacle a démoli l'œuvre de Dieu. Ta vie s'est effondrée, déchirée, elle semble anéantie, elle n'a plus de sens, elle ne ressemble plus à rien, n'a aucune utilité... Y a-t-il encore de l'espoir?"
Le potier semble déçu...
"Mets toi à ma place, j'avais mis tant de temps, tant d'amour et de patience... Mais ne désespère pas. Je suis un Dieu d'amour et de compassion, je te donne une autre chance. Autant de chances qu'il faudra."
Le potier ne jette pas la glaise dans un coin avec colère en pensant qu'elle n'est bonne à rien et qu'il ne fera jamais rien d'elle.
Mais il l'a reprend et la retravaille, il rajoute de l'eau pour la rendre plus malléable, il remet la machine en route, il recommence le vase.
"Je suis le Dieu de compassion et d'amour qui relève, restaure et rétablit même si tu t'es endurci, l'eau de mon esprit te rendra malléable. Ne sens tu pas mes mains bénies pénétrer tes entrailles et te refaire vivre. Tu souffres Jérémie, ma présence ne te remplit pas de joie, tu pleurs mais j'œuvre en toi. Ce n'est pas à toi de décider, c'est à moi de te refaire vivre comme je le veux."


Romains 9/20 à 21: "O homme, toi plutôt, qui es-tu pour contester avec Dieu? Le vase d’argile dira-t-il à celui qui l’a formé: Pourquoi m’as-tu fait ainsi? Le potier n’est-il pas maître de l’argile, pour faire avec la même masse un vase d’honneur et un vase d’un usage vil?"
Après cela viendra le temps du séchage puis celui de la cuisson.
Le séchage n'est pas facile il faut du temps pour que l'eau s'évapore.
Êtes-vous d'un naturel patient?
Dans cette opération le vase devient plus compact, il diminue. Jean-Baptiste n'avait-il pas conseillé qu'il fallait commencer par diminuer à nous même?
N' y a-t-il pas, au plus profond de nous des choses qui doivent s'évaporer?
Alors arrive le processus qui va finaliser le vase, sans ce processus le vase serait utile à rien.
La cuisson au four dure longtemps et exige beaucoup de patience. Sous l'effet de la chaleur (960°c) et du temps (2 jours et deux nuits) la matière va se solidifier, se compacter pour ne plus jamais changer de forme. Dans cette étape importante tout peut arriver: le vase peut se briser ne supportant pas la tension qu'il va subir.
La moindre fissure, la plus petite bulle d'air peut le faire exploser lors de la cuisson.
Le four de l'épreuve est souvent un révélateur. Suivre Dieu quand tout va bien n'est pas tellement difficile. Mais prendre et conserver la forme que Dieu attend de nous tout en passant au travers de l'épreuve du four c'est autre chose!   
A ce moment précis certains pensent à tort que l'œuvre est maintenant achevée...
Après le passage au four qui donne la forme finale à la poterie vient une autre étape.
Il faut maintenant émailler le vase!
Après l'avoir décoré puis appliqué un vernis ou de l'émail, on le repasse au four une deuxième fois.
Sans cet émail le vase serait fragile à toutes les attaques extérieures, à toutes les influences et salissures mais avec l'émail, il devient aussi imperméable et donc capable de garder ce qu'on lui confie.
Le vase émaillé est de nouveau placé dans le four à une température d'environ 1260°c pour une durée d'encore deux jours et deux nuits.

Là encore, il subit une transformation, il est maintenant recouvert d'une couche esthétique et utile qui vient le parfaire. Il était terne, le voila brillant, éclatant, étincelant!
2 Corinthiens 4/6: "Car Dieu, qui a dit: La lumière brillera du sein des ténèbres! A fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ." 
Jérémie lève les yeux vers les étagères où le potier a disposé les vases achevés.
"Quel vase suis-je Seigneur?"
"L'important est que tu sois le vase que j'ai voulu que tu sois et que tu sois à la place où je t'ai mis."

Plusieurs vase sont là alignés....
Un vase sans faille, un vase d'honneur sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne œuvre.
2 Timothée 2/20-21: "Dans une grande maison, il n’y a pas seulement des vases d’or et d’argent, mais il y en a aussi de bois et de terre; les uns sont des vases d’honneur, et les autres sont d’un usage vil. Si donc quelqu’un se conserve pur, en s’abstenant de ces choses, il sera un vase d’honneur, sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne œuvre."
  • Un vase rempli de grains de grâce pour semer dans les cœurs.
    Exode 16/33: " Et Moïse dit à Aaron: Prends un vase, mets-y de la manne plein un omer, et dépose-le devant l’Eternel, afin qu’il soit conservé pour vos descendants."
  • Un vase rempli de parfum pour répandre des louanges de bonne odeur. Jean 12/3: "Marie, ayant pris une livre d’un parfum de nard pur de grand prix, oignit les pieds de Jésus, et elle lui essuya les pieds avec ses cheveux; et la maison fut remplie de l’odeur du parfum."
  • Un vase rempli d'huile fraîche pour oindre de l'esprit ceux qui t'entourent.
    Matthieu 25/3 & 4:"Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d’huile avec elles; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l’huile dans des vases."
  • Un vase contenant des écrits pour conserver et répandre ma parole au loin. Jérémie 32/14: "Ainsi parle l’Eternel des armées, le Dieu d’Israël: Prends ces écrits, ce contrat d’acquisition, celui qui est cacheté et celui qui est ouvert, et mets-les dans un vase de terre, afin qu’ils se conservent longtemps."
"Alors que tu n'étais qu'argile, j'avais dans mon cœur des desseins tout tracés pour toi, je t'ai formé de mes mains pour une fonction particulière, sois utile pour moi, à l'endroit où je t'ai placé. Je ne t'ai pas formé pour rester sur l'étagère d'un antiquaire, quels que soient ton âge et ton utilité, sois toujours disponible pour l'œuvre à laquelle je t'ai formé."

 David l'homme selon le cœur de Dieu a dit: Psaumes 139/16: "Quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient; Et sur ton livre étaient tous inscrits Les jours qui m’étaient destinés, Avant qu’aucun d’eux existe."